Le mois de novembre pour arrêter de fumer : une bonne idée

Pour arrêter de fumer, déguisez vos enfants en poumon de fumeur pour Halloween.

Pourquoi le mois de Novembre pour arrêter de fumer ?

La journée de l’enfance, la semaine du goût, un mois pour arrêter le tabac… Qui choisit ces dates ? Comment se concocte notre calendrier des trucs auxquels il faut penser une fois par an pour les oublier avec bonne conscience le reste de l’année ?
Le mois de Novembre pour arrêter de fumer apparaît un choix judicieux. Difficile en effet de proposer un mois de printemps ou d’été où les tentations de fumer sont nombreuses : apéros, repas en terrasse, pauses au soleil pour la vitamine D, barbecue… On vit dehors, allumer une clope c’est facile et quand on sait qu’un barbecue vaut 12 000 clopes (si vous restez au dessus du grill), on peut se dire qu’une cigarette est une goutte d’eau dans un océan… Alors qu’en Novembre, on hésite à manger dehors ou même à aller se geler juste pour fumer …en tout cas, moins souvent ! A contrario, Novembre est un peu le mois de la déprime, et la cigarette est un stimulant…C’est peut-être pour cela que Novembre a été choisi ? Pour éprouver les fumeurs au pire moment.

La peur des conséquences sur la santé reste une motivation importante pour arrêter de fumer

Simon Chapman professeur de l’Université de Sydney, rappelle ( article complet The conversation) que les deux principales motivations invoquées par les personnes qui ont arrêté le tabac sont : les conséquences néfastes pour la santé et le prix. Les photos sur les paquets de cigarettes auraient donc leur utilité ainsi que l’augmentation des taxes.

Une bonne idée pour bien commencer le mois sans tabac, déguisez vos enfants en poumon de fumeur le 31 octobre pour la fête d’Halloween : effet dissuasif garanti ! Vous trouverez facilement des modèles…il y a des photos très réalistes sur les paquets de cigarettes.
C’est décidément une idée judicieuse d’avoir retenu le mois de Novembre ! Profiter d’un mois qui débute chez les chrétiens par la célébration des morts (2 novembre) pour rappeler les effets négatifs du tabagisme.

Pourtant, de nombreux spécialistes affirment que la menace n’est pas un bon argument et qu’il vaut mieux valoriser les effets positifs d’un arrêt du tabagisme pour déstresser les fumeurs et les motiver. C’est d’ailleurs le principal objectif de ce mois pour arrêter le tabac, créer une dynamique positive.

S’occuper le cerveau, les mains, la bouche pour vous aider…

Une fois prise la décision d’arrêter, il faut tenir et surtout trouver le moyen de résister quand l’envie vous prend. L’idée générale est d’occuper l’esprit pour stimuler la volonté, avec un jeu vidéo par exemple (tetris est à priori recommandé) ou toute autre activité qui vous motive. Il faut aussi s’occuper les mains avec des objets à manipuler pour compenser la dépendance gestuelle (tordre des trombones, balle de mousse) et la bouche avec des choses à mâcher…
Des psychologues proposent de vous accompagner dans votre démarche. Ils vous donnent des techniques pour résister à la tentation : respiration, détournement de l’attention, rappel des motivations… Mais ces spécialistes ne sont pas toujours avec vous pour vous aider au quotidien. Certains emploient, au cours de leur séance, des casques de réalité virtuelle pour recréer des situations courantes de tentation et vous donner en temps réel les bons réflexes et attitudes à adopter. L’hypnose est aussi actuellement très en vogue.
Pour les effets de manque, il existe les patchs, les pastilles de nicotine ou substituts…Une université américaine (toujours eux – université d’Harvard 2005) a étudié les vertus d’une plante, le Kudzu, pour calmer les dépendances à la cigarette ou à l’alcool. D’autres solutions naturelles à base de plantes comme la Valériane et le Plantain sont aussi proposées pour faciliter l’arrêt de fumer. Elles permettraient avant tout de diminuer les effets secondaires de l’arrêt, et en particulier la nervosité.

Si vous n’avez pas envie de tout ça, rassurez vous ! Simon Chapman signale que dans les 2 tiers ou trois quarts des cas d’arrêt, les personnes affirment avoir cessé seuls sans aides.

Quelque soit la manière, que ce soit seul ou accompagné par des spécialistes, avec ou sans aide de palliatifs, tout le monde s’accorde à dire que le plus important c’est la volonté !

Les dommages collatéraux de l’arrêt de la cigarette

Les fumeurs craignent en arrêtant la cigarette de perdre leur « calmant », leur « déstressant » et en conséquence, de dormir moins bien et aussi de prendre du poids en compensant par la nourriture.

Il est reconnu que lorsqu’on arrête de fumer, les troubles du sommeil font partie des signes du sevrage (insomnie, réveils nocturnes…)
Mais il ne s’agit que de troubles passagers… Et lorsque cette étape est franchie, le sommeil est bien meilleur ! En effet, la cigarette maintient le corps dans une situation constante d’attente et de manque, que chaque cigarette vient soulager. Cela crée des tensions qui perturbent l’endormissement et le sommeil. De plus, même si l’on semble ressentir un sentiment d’apaisement après une cigarette, la nicotine est en réalité une substance excitante qui accélère le rythme cardiaque et augmente la tension artérielle, ce qui ne favorise en rien le sommeil !

Pour lutter contre ces effets secondaires, il serait pourtant dommage de prendre des anxiolytiques ou des somnifères, ne vous laissez pas tenter avec le risque de retomber dans une nouvelle dépendance !

Il existe de nombreuses solutions pour vous aider à bien dormir (retrouver nos conseils dans notre article …) et si vous avez besoin d’un petit coup de pouce : Hop les dents et au lit ou Big Zen , seront vos alliés naturels pour passer le cap tout en douceur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.