Burn in avant le Burn out, évitez de craquer

Panneau de mise en garde sur le burn in avant le burn out

Le burn out est actuellement sur toutes les lèvres, il se traduit par un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à obtenir des résultats concrets au travail, conséquence d’un stress chronique.

Avant le burn out

 Le burn out est une dépression liée à l’excès de tension au travail. Il est aussi appelé : épuisement professionnel. Vous connaissez peut-être des personnes qui ont fait un burn out, mais connaissez vous le “burn in” ?
Le burn in est l’étape préliminaire au burn out. C’est donc un phénomène qu’il faut apprendre à détecter pour pouvoir intervenir à temps et éviter le burn out.

 

Danger, ralentissez…

En informatique, le burn in consiste à tester, avant leur mise en service, la résistance des éléments informatiques sous une tension et une température supérieures à la normale.

Le “burn in”, est un terme apparu en 1994 et est attribué au psychologue américain Cary Cooper. Sa manifestation principale est le « présentéisme », qui signifie une présence abusive sur le lieu de travail, conduisant à un état de surmenage. La personne s’épuise sans l’admettre, se croit indispensable, et devient incapable de s’accorder des pauses pour recharger ses batteries. Elle assure que tout va bien, qu’elle gère son travail, qu’elle se sent un peu fatiguée mais que cela passera vite…
Maintenant que vous en connaissez les symptômes, vous voilà rassuré car vous vous dites que cela ne risque pas de vous arriver. Vous connaissez vos limites, vous ne manquez jamais l’occasion de faire une pause et même parfois une petite sieste, vous ne sacrifieriez vos vacances pour rien au monde…Tant mieux, mais faites attention quand même, un excès de zèle est si vite arrivé !
A toutes fins utiles, les principales causes pouvant conduire au burn in sont les suivantes : la crainte de perdre son emploi et/ou sa source de revenu, la surcharge de travail, le besoin d’être reconnu par ses collègues ou ses supérieurs ainsi que la culture d’entreprise valorisant à outrance la performance, la résistance au stress, l’endurance et le courage, etc.
A bon entendeur…

Avis de Béatrice de Reynal, nutritionniste :

Nous rencontrons souvent en consultation, des sujets déficients en magnésium et en vitamines du groupe B : ces nutriments sont nécessaires à la transmission de l’influx nerveux aux muscles, et indispensables à l’équilibre nerveux. Or, lorsqu’on sollicite souvent un muscle ou un nerf, il a tendance à « tétaniser », c’est-à-dire à ne pas revenir à l’état de repos normal entre deux sollicitations. C’est ce qui arrive lors des surmenages : le système nerveux ne parvient pas complètement à un retour au repos. Les nerfs, fragilisés, sont hypersensibles, et réagissent à tout artéfact, même faible.
Pour éviter cette fragilité, il est important d’avoir une alimentation bien pourvue en magnésium et vitamines du groupe B : ils sont présents dans les aliments que l’on a souvent tendance à oublier dans l’alimentation quotidienne : pain complet, céréales complètes, légumes secs, fruits secs oléagineux, levure de bière…

Laisser un commentaire