Avez-vous réussi votre rentrée ? Avez-vous su gérer la pression de la reprise ?

Un parent qui garde le sourire face au stress de la rentrée. Des principes pour gérer la pression

Certaines personnes adorent la rentrée, le retour au travail, retrouver les collègues, l’odeur des fournitures scolaires, la cohue dans les magasins pour compléter la « liste », l’inscription dans les activités…

Mais c’est loin d’être la majorité des cas et pour beaucoup, la rentrée représente une période de stress causé par le grand nombre de tâches à gérer, les nouveautés à découvrir et intégrer, les jours qui raccourcissent … Difficile de prolonger le bénéfice des vacances et garder sa bonne humeur et son insouciance.

Comment s’est passée cette dernière rentrée ? Avez-vous le sentiment de bien gérer la pression ?

Si ce n’est pas le cas, il est encore temps de réagir et d’éviter de monter en tension. Cette année l’été se prolonge, et le soleil est notre meilleur allié pour garder le moral, alors profitez en au maximum ! C’est le bon moment pour tester et peut-être adopter quelques petits principes qui pourront vous aider toute l’année à gérer la pression et le stress.

Voici quelques conseils d’Antoine Pelissolo (Professeur de psychiatrie, Université Paris-Est Créteil Val de Marne).

1- Ne pas lutter contre l’anxiété, la reconnaître et l’accepter.

L’anxiété est normale. Se donner comme objectif une absence totale de stress est illusoire et rajoute une contrainte et donc un stress supplémentaire.

2- Se concentrer sur le moment présent.

L’esprit vagabonde entre le passé et un futur imaginaire. Évitez de vous focaliser sur des souvenirs douloureux de rentrée ratée. Évitez aussi d’imaginer ce qui pourrait se passer de pire à votre retour.

3- Agir.

L’anxiété est un état naturel préalable et favorable à l’action (état de stress hérité de nos origines sauvages pour faciliter la fuite devant des tigres ou se battre avec des personnes qui voudraient nous piquer notre cuissot de mammouth). Être actif, avoir une activité physique permet d’évacuer cette « énergie », cette tension, ce besoin d’action.

4- Partager ses émotions.

Créez des occasions d’échange avec vos proches sans trop s’épancher mais aussi sans honte. Formaliser ses craintes permet souvent de les relativiser. Vos amis sont peut-être plus angoissés que vous. Quel bonheur de devoir rassurer les autres !

Ces quelques conseils sont simples à mettre en œuvre. Ils ne sont pas « anxiogènes » (ce qui est parfois le cas des « recettes de bonheur »). Si vous voulez plus de détails et des précisions, lisez l’article de A Pelissolo.

Essayez de prolonger ces techniques au delà de la rentrée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.