Rhodiola – résistance à l’effort

Dessin d'un plant de Rhodiola rosea. Racine et partie aérienne. Représentation schématique de la fleur

Négatif aux contrôles antidopage

La Rhodiola est très appréciée dans les milieux sportifs car elle n’est pas considérée comme une substance dopante.

La plante venue du froid

Les premières études scientifiques, réalisées en Russie et Scandinavie dans les années 1960, ont permis de mettre en évidence que la racine de cette plante est avant tout un excellent «tonique adaptogène». C’est à dire une substance qui augmente la résistance de l’organisme face aux diverses agressions auxquelles il se trouve confronté tous les jours et notamment la fatigue physique et mentale, des efforts intenses et prolongés.
La rhodiola est reconnue dans les milieux sportifs comme une plante permettant d’accroître la résistance à l’effort pour les athlètes et de diminuer le temps de récupération après l’effort ou l’entraînement.
En 2010, après avoir testé un supplément de Rhodiola sur des athlètes, des chercheurs italiens sont arrivés à la conclusion que la plante pourrait augmenter la capacité de l’organisme à s’adapter à l’effort.
Les principes actifs qui lui confèrent ses propriétés se trouvent dans le rhizome. Les 2 principaux sont la rosavine et les salidrosides.

M et Mme Adapt ont un fils ? (Eugène)

C’est en Sibérie et en Scandinavie que la Rhodiola a gagné sa réputation de plante médicinale. On lui attribuait le pouvoir d’accroître l’endurance physique, la longévité, la vigueur sexuelle, la mémoire et d’autres facultés cognitives.
En Suède, on affirme que les Vikings lui devaient leur légendaire force physique et leur remarquable endurance.
Consommée au Tibet par les moines, elle permettrait d’accroître la «puissance spirituelle», la concentration et la résistance physique.
En 1947, un chercheur russe du nom de Lazarev formulait le concept d’« adaptogène » pour décrire une substance qui accroît, de manière générale et non spécifique, la résistance de l’organisme aux divers stress qui l’atteignent. Les plantes adaptogènes, comme la Rhodiola, le Ginseng et l’Eleuthérocoque, agissent sur de nombreux organes et fonctions physiologiques.

Laisser un commentaire